Hôpitaux de Luchon

Embrouilles au sein des hôpitaux de Luchon 31110

Dialogue avec la psychologue et décisions

Rédigé par admin - -

Trois informations aujourd'hui Mercredi 4 février 2015 et de taille...

1) La psychologue m'appelle pour une fois de plus pour  nous faire le forcing. Trois mois de maison de retraite pour ma maman à ses frais ou rien.
2) Le directeur répond à ma mise en demeure pour ne rien dire.
3) Mon avocat est saisi et l'affaire devient aujourd'hui judiciaire.

Nous en étions resté l'autre jour au trafic d'influence et au moment où ma maman, elle, dit devant la psychologue qu'elle veut bien désormais que je continue de m'occuper d'elle et ladite psychologue me propose un autre contact aujourd'hui pour que nous décidions qu'est-ce que nous allons faire de la patiente puisqu'elle ne peut pas rester indéfiniment à occuper un lit du centre de rééducation tout en refusant bien évidemment de me préciser si elle est apte à rentrer chez elle.

La psychologue Madame  Charlotte Roura m'appelle ce matin pour me "proposer" trois mois de maison de retraite (sans me préciser où) ou rien. Rien que ça ! :-//

Le blocage est toujours là mais je l'informe que maintenant le ton va se durcir et, selon l'article je ne sais plus combien du Code Pénal, nous constatons une hospitalisation abusive voire une séquestration de plus de huit jours et mon avocat est en ce moment-même en train d'étudier la plainte rédigée en direction du Procureur de la république avec entre-autres les motifs suivants...

- Défaut d'information à la famille
- Mensonges, tromperie de divers intervenants dans cette affaire
- Menaces
- Faux diagnostics jusqu'à preuve du contraire
- Abus de faiblesse sur personne âgée et sa famille en souffrance dans cette douloureuses situation
- Maltraitance sur personne âgée manipulée pour signer des documents dont elle ne connaît pas la teneur ni les conséquences
- Séquestration de plus de huit jours
- Diffamation publique

...et bien d'autre-choses, mais les hommes de loi feront le tri et nous comptons bien emmener ces gens devant la justice pour sortir notre mère le plus rapidement possible de cette situation déplorable (surtout qu'elle serait très anxieuse selon la psychologue) et s'expliquer devant un juge sur les étranges manières qu'ils ont de gérer les dossiers en retenant en otage une petite vieille.

...qui, cela soit dit en passant, puisque elle serait  capable de décider elle-même son devenir et n'a pas besoin de l'aide se sa famille, on peut se demander pourquoi ils ne l'ont pas dirigé "à sa demande" vers Era caso où ailleurs et nous font-ils tout ce cinéma

Et pourquoi, toujours soit-disant à sa demande une mise sous tutelle avec les conséquence que cela va avoir.

" A ce jour, rien ne s'oppose à ce que "son   libre arbitre" soit en effet garanti, notamment pour la question qui vous préoccupe  : son orientation à l'issue de son hospitalisation en Secteur de Suite et de Réadaptation." 

Cette citation est un extrait du courrier reçu ce jour de Mr Fabrice Richer Directeur Délégué des Hôpitaux de Luchon en réponse à la mise en demeure dont vous trouvez l'intégralité du texte ici.

Hors le sacro-saint secret médical que nous ne lui demandons pas de trahir (nous savons tout de la santé de notre mère), il ne confirme ni infirme les dires de son personnel et ça, c'est une affaire entre lui et moi (et ceux qu'il couvre). Il ne s'en tirera pas comme cela.

Aujourd’hui, le 04 Février 2015, une dame de 90 ans est toujours alitée depuis plus d'un mois au Centre de Rééducation Fonctionnelle de Luchon parce que le personnel s'oppose à l'avis de la famille de la patiente qui pourtant l'entoure de très prés et méprise les dires de la Mamie qui elle dit qu'elle est influencée par le service social et qu'elle veut bien que son fils s'occupe d'elle.

Sinon, pourquoi l'aurait--elle encore appelé devant l'équipe médicale  pour lui demander s'il voulait bien lui faire visiter des maisons de retraite ?

C'est une histoire de fou ! 

Les commentaires sont fermés.