Hôpitaux de Luchon

Embrouilles au sein des hôpitaux de Luchon 31110

Enfin le monstre se dévoile. :-//

Rédigé par admin - -

Le Centre hospitalier Comminges Pyrénées de Saint Gaudens malgré ses belles promesses persiste à ne pas nous informer et c'est par un membre de la famille que nous apprenons la nouvelle. Maman vient d'être dirigée vers la maison de retraite de Carbone.

Bien sûr, c'est une bonne nouvelle mais il est fort dommage, et dommageable, que ce soit une mandataire judiciaire qui lui ait trouvé ce lieu de repos et non sa famille écartée pour de mystérieuses raisons  que nous essayons de comprendre' depuis plus de trois mois en particulier dans ces pages.

Nous venons enfin d’apprendre la vérité ou du moins une partie de la vérité.

Souvenons-nous que toute cette histoire à commencée début janvier 2015 où je rencontrais Mme Doste l'assistante sociale du Centre de Rééducation Fonctionnelle de Luchon  où ma mère était "hospitalisée" pour une simple douleur au poignet.

Ma mère étant en ce moment particulièrement vulnérable, je lui faisais part de mes craintes concernant le fait que ma soeur aînée lui fait des pression pour lui faire quitter son domicile (et rejoigne une maison de retraite), le but de l'opération étant de vendre la maison dont elle est nue-propriétaire et Maman usufruitière.

Mme Doste comprenait très bien cette situation et convenait avec moi que ma mère avait besoin d'une protection juridique afin de protéger cet usufruit (elle ne pourrait plus rentrer chez elle si elle ne se plaisait pas en EPHAD) et qu'il fallait envisager de demander cette mesure. Elle allait se renseigner.

Quelques jours plus tard, lors d'une autre conversation, elle essayait de me faire croire qu'il n'était pas de son rôle (ni celui de l'hôpital) de demander une mesure de protection puis plus tard sur mon insistance, m'invitait à temporiser l'envoie du  dossier que ma soeur cadette avait initié en ce sens en direction du procureur.

Là a commencée l’esbroufe et ont débuté les problèmes au point que je lui ais écris puisque nous n'arrivions plus à "communiquer"...

"L'alerte que nous avons lancé par rapport au risque imminent de spoliation par notre autre soeur (l'aînée) n'a pas été entendue bien que d’après vos dires vous en étiez parfaitement consciente et je ne comprends pas votre soudain revirement alors que vous n'avez procédé à aucune enquête en particulier auprès de la famille."

Ces faits sont racontés ici.

Le ton s'est durci, l'omerta s'est mise en place, des mystères nous ont intrigués et ma soeur aînée s'est bien gardée de se manifester dans cette histoire pendant les trois mois qui ont précédé la "libération" de Maman maintenant en sécurité. Quoi que... :-//

Mais voilà que depuis deux ou trois jours les choses se précipitent, la mandataire somme pratiquement ma mère de donner une réponse (pour Lundi) pour entrer à l'EPHAD de Carbone, nous entendons dire que la grande soeur communique avec cette mandataire  alors que le reste de la fratrie est toujours soigneusement tenu à l'écart, et la nue-propriétaire se montre soudainement très active pour organiser le transfert de l'aïeule.

Elle appelle le reste de la fratrie, jubile, parle de la nécessité de procéder à l'inventaire des meubles de la maison "à la demande de la mandataire" alors qu'à notre connaissance cette dernière n'est pas  missionnée pour cela (à moins qu'il y en ait une autre) et, avec le plus grand culot me réclame les clefs (dont je suis le gardien en faveur de ma mère) alors que la Mamie  n'est même pas enterrée.

Elle a l'air bien sûre d'elle et c'est tout de même étrange car nous savons que dans un cas comme cela, la vente de la maison d'une personne sous protection juridique  (dont l'abandon de l'usufruit) doit être autorisé par le juge des tutelles et je serais fort surpris qu'elle obtienne ce jugement aussi rapidement.

A moins que toute cette histoire n'ait été calculée d'avance et que ma soeur n'ait bénéficié de passe droits ou complicité dans toute cette affaire. En tout cas, nous comprenons tout d'un coup pourquoi tous ces mystères (et souffrances) qui ont motivés la mise en ligne de ce blog et beaucoup d'entre vous, lecteurs,  attendent la suite.

Cela n'explique pas tout de même le comportement de certains fonctionnaires (des hôpitaux publics entre-autres) qui, bien que manifestement certains d'entre eux ne pouvaient qu'être au courant de l'embrouille, ont sous prétexte de secret médical ou professionnel préféré se taire. 

Et moi qui criait ici et ailleurs que je ne comprenais pas... :-//

Mais je me demande comment ils vont expliquer l'écartement de la famille, l'abus de pouvoir, les mensonges et autres diffamations dont ils se sont rendus coupables et nous remarquerons qu'une chose revient en permanence dans toute cette histoire, c'est la présence du corps médical.

- Ma soeur aînée est infirmière spécialisée (à ses dires) des personnes âgées et Alzheimer
- Elle a été salarié du CRF de Luchon
- Elle héberge des petit vieux à son domicile 
- Elle a tenté de monter il y a quelques années un centre Alzheimer à Luchon en partenariat avec une société locale dirigée par un notable de la ville. ( nous avons bien sûr des précisions sur les activités de cette société qui donne dans l'immobilier)
- Elle connaît ou non Mme Doste pour la famille de qui a travaillée notre mère il y a longtemps (Madame Doste dit qu'elle ne connaît pas ma soeur).
- Le bruit a couru que c'est un médecin (connu de ma mère) qui veut acheter sa maison (mais je ne l'ai jamais cru).
- La mandataire judiciaire de ma maman est également co-gérante d'une société immobilière dont l'autre gérant est son mari également mandataire judiciaire auprès des majeurs protégés

Des petits vieux, des tutelles, des médecins et de l'immobilier.

Si il n'est pas rare que des enfants indignes mettent leur parents sous tutelle parce que trop pressés de récupérer l'héritage (ma soeur n'a rien inventé), il est de notoriété publique que souvent les institutions se donnent la main pour embastiller nos aînés parce qu'ils représentent un marché pour les avocats, notaires, clercs de justice, maison de retraite, mandataires judiciaires, tuteurs, etc...

Dans notre cas, qui a pris la décision de mettre ma mère sous tutelle alors qu'elle n'en avait pas vraiment besoin  puisque il est évident que ce n'est pas  Maman elle-même ?
Protégée oui, mais sous tutelle Non ! (ce n'est pas encore fait à ma connaissance mais ça vient)

En plus de son logement, elle aura aussi perdu sa famille, son fric, sa liberté et tout son passé qui va être vendu avec nos souvenirs.

Voilà où il était le mystère. :(

Un article intéressant.

Les commentaires sont fermés.