Hôpitaux de Luchon

Embrouilles au sein des hôpitaux de Luchon 31110

Exfiltrer ma mère. Des décisions se prennent

Rédigé par admin - -

Vendredi 06 Février 2015

Cette nuit, à 03 h, mon téléphone sonne et la personne au bout du fil ne dit rien;
Cet appel vient de la chambre de ma mère et je l'appelle dans la matinée pour voir ce qu'il se passe. J’interprète cela comme un appel au secours.

Elle me dit que tout va bien sauf qu'elle ne sait plus où elle en est, qu'elle pert la boule, ne sait pas si elle a mangé et croit qu'on est samedi. Visiblement, elle est perturbée.

J’essaye en vain de joindre la psychologue du service qui bien sûr est aux abonnés absents et ne me rappellera pas malgré l'urgence que je laisse entendre au standard du Centre de Rééducation fonctionnelle de Luchon. Je décide alors de tenter d'exfiltrer ma mère.
 
Je contacte l'EPHAD de Barbazan qui selon mes renseignements du moment accepte les "séjours temporaire" qui me dit que "Luchon" leur a proposé l'admission de ma maman mais qu'il évoquent "une possibilité de cécité qui serait un obstacle à l'hébergement de cette patiente".
 
Tiens, première nouvelle car ma mère ne souffre que je sache d'aucun maux de ce genre d'autant plus qu'elle fait tous les jours ses mots croisés et je demande d'où vient cette information. Encore un "problème de communication dans les services" ? 
 
La personne au bout du fil me dit être elle-même étonnée car rien ne figure de ce type dans le dossier  et qu'elle attend confirmation avant d'accepter la patiente.
 
Je file donc à l’hôpital m'assurer que maman est bien d'accord pour un séjour temporaire à ses frais à Barbazan puisque le CRF ne juge pas opportun de la diriger à sa sortie vers un séjour de suite ou une maison de convalescence ce qui est le protocole habituel dans ces cas-là.
 
Fort de mon nouveau papier me propulsant personne de confiance, je dialogue avec les infirmières et la Cadre de service leur faisant part de mon désir de voir ma mère quitter leur établissement  et de mon vœu à sa demande de la voir rejoindre temporairement l'EPHAD de Barbazan puisque je ne sais toujours pas si elle est autorisée à renter chez elle et qu'ils ne jugent pas utile de la diriger vers un établissement spécialisé dans les soins de suite,

Je rencontre par la même occasion le Dr Shukr qui est incapable de me dire (?) si oui ou non ma mère est sortante et dans quelles conditions. En voilà encore une bizarrerie. :-//
 
La cadre de service Mme Rodriguez me confirme par téléphone dans l'après midi que c'est réglé et que ma maman rejoindra Barbazan Lundi 09 Février 2015 à 13 heure en VSL et je serai au départ et à l'arrivée.
 
Si le temps le permet, je ferai visiter les locaux à Maman demain ou dimanche.
 
Ma mère serait sauf autres événements (nous commençons à en avoir l'habitude) exfiltrée dans deux jours et je commence à pousser un "ouf" de soulagement. Pourquoi cela a-il été si compliqué ? 
 
A ce propos, cette journée a été faste car j'ai reçu de mon avocat la "correction" (forme définitive) de la plainte que nous adressons quoi qu'il arrive au Procureur de la République pour...
 
- Défaut d'information à la famille
- Mensonges, tromperie de divers intervenants
- Menaces
- Abus de faiblesse sur personne âgée 
- Hospitalisation abusive de plus de huit jours
- Diffamation
 
Autre chose :
 
Après un coup de fil poli, les gendarmes de Luchon sont venu me visiter aujourd'hui pour me remettre une convocation en vue d'une audition libre (sans garde à vue) pour le mercredi 11 février 2015 concernant "une diffamation envers un fonctionnaire par écrit, image ou moyen de communication au public par voie électronique".
 
Après avoir bien enquiquiné la vie de toute une famille, ces gens veulent nous traduite en justice.
 
Hé bé ! On n'a pas fini d'en parler des Hôpitaux de Luchon !

Les commentaires sont fermés.