Hôpitaux de Luchon

Embrouilles au sein des hôpitaux de Luchon 31110

Faire un nouveau point sur cette affaire

Rédigé par admin - -

Cinq mois après le début de cette affaire et ayant enfin vu se confirmer mes craintes au travers d’éléments officiels donnés (ou pas) par le juge des tutelles en personne et ma maman en  provisoirement en "sécurité" dans un EHPAD de la région, je prends un peu de recul et tente de faire le point car cette histoire n'est pas terminée et loin s'en faut.

Si les "mystères" qui en fait n'en ont jamais été commencent à s'éclaircir, nous allons dans les jours qui suivent en savoir un peu plus car il ne peut en être autrement. Récapitulons.

 Au départ, c'est une petite vieille de 90 ans qui pour une simple douleur au poignet est conduite aux urgence de l'hôpital de St Gaudens qui, après la batterie d'examens d'usage, la dirigera pour une rééducation au centre hŝpitalier de Luchon prés de son domicile et jusque là tout est normal.

La mamie est très entourée par sa famille en particulier son fils qui l'assiste dans son quotidien depuis quatre ans et cela n'est un secret pour personne. Que va-t-il se passer ?

L'assistante sociale du centre contacte la famille en prétendant que la maman a décidé d'intégrer une maison de retraite en particulier un EHPAD proche de la ville mais la famille s'étonne car...

1/ Maman a toujours dit qu'elle ne voudrait pas aller dans une maison de retraite et aurait parlé de cette décision à ses enfants d'autant plus que le sujet n'a jamais été tabou chez nous.
2/ Elle exècre l'EHPAD proposé en particulier car il y a beaucoup d’Alzheimer, c'est triste, froid et sans soleil et c'est bien le dernier qu'elle choisirait au cas où.

C'est l'insistance, le manque de concertation et les mensonges de cette assistante sociale qui nous a mis la puce à l'oreille quand elle a dit aux enfants et à la patiente que les autres étaient d'accord pour cette admission alors que ce n'était pas le cas.

Notre position était alors que nous ne nous opposions pas à une admission dans une  maison de retraite mais en aucun cas "dans l'urgence" et surtout pas de nous le voir imposer car c'est notre mère qui doit choisir son lieu de vie et ni la maman ni la famille n'avaient été préparé à cette éventualité. 

Madame Doste cette assistante sociale n'aurait pas précisé à plusieurs reprises que notre maman "insistait pour aller dans cet EHPAD particulier", peut-être l'aurions-nous laissé faire mais c'était la phrase de trop qui m'a incité à la rencontrer pour essayer de comprendre cette soudaine décision de ma mère.

L'entretien a été courtois et j'ai fait part à la fonctionnaire de mes craintes concernant l'emprise psychologique que subissait ma mère très vulnérable et un peu "poussée" par notre soeur aînée à rejoindre cet EHPAD car elle voudrait bien récupérer pour la vendre la maison familiale dont elle est nue-propriétaire.

L'assistante sociale comprenait la situation et nous avons pris ensemble des dispositions pour assurer la protection de ma mère.

- Elle pensait comme moi qu'une protection juridique était nécessaire et m'a demandé de temporiser le dossier que nous préparions en direction du Procureur de la république pour initier une telle mesure (protection de l'usufruit) car il serait plus rapide que l'hôpital s'en charge "si possible".
- Maman sa rééducation terminée rejoindrait un "moyen séjour" pendant trois semaines ce qui lui donnerait un temps de réflexion concernant son admission dans une maison de retraite 
- Nous monterions ensemble le dossier financier 

Tout allait donc très bien mais cela n'a pas duré car, en fait de coopération entre "les services" et la famille, il nous a semblé à partir de là être tenu à l'écart et a commencé l'incroyable série de quiproquos relatés sur ce blog.

Ne recevant plus de réponses à mes légitimes questionnements, les non-réponses aux courriers de demandes d'explication et la détermination du centre hospitalier à vouloir diriger notre mère là où elle ne le voulait pas m'ont conduit à questionner la hiérarchie qui a aussi opposé une fin de non recevoir à mes requêtes sinon par quelques enfumages qui ne m'ont pas convaincu. Ce blog en est né le  21 Janvier 2015.

La réponse a été finalement les tentatives d'intimidation et les inévitables menaces, l'intervention de la Police et les mensonges à la presse qui s'est intéressée à cette affaire, le durcissement du conflit et la séquestration de la mamie qui, déclarée sortante le 14 janvier 2015, est restée dans les murs jusqu’à mi-février puis encore plusieurs semaines à St Gaudens alors que rien ne le justifiait médicalement.

Un peu d'humanité peut-être ?

Certainement pas.

J'ai fini par apprendre qu'une mesure' de protection juridique avait été lancée non pas en faveur de la patiente mais contre sa famille à en croire le juge des tutelles qui nous informe le 21 avril qu'un "signalement" a été fait au Procureur et que la ma mère ne souhaite pas que nous ses enfants ne nous occupions de ses affaires la version jamais écrite du personnel se du centre de rééducation fonctionnelle de Luchon étant que c'est notre maman qui a demandé une tutelle "pour se protéger de ses enfants".

Ce qu'elle contredira par écrit pourtant dans des lettres destinées au juge et, en plus de la plainte envers cet hôpital pour abus de faiblesse, défaut d'information à la famille, mensonges, tromperie de divers intervenants, séquestration de plus de huit jours et menaces, il va se rajouter extorsion de signature et peut-être bien faux et usage de faux quand nous aurons enfin lu le rapport de cette assistante sociale.

Maintenant que la famille est officiellement écartée (toujours "à la demande de la maman parait-il)  par un juge des tutelles qui n'a pu prendre cette décision que pour de très sérieuses raisons qui n'existent pas à mon humble connaissance mais se trouvent écrites en toutes lettres sur le signalement d'allez savoir qui,  je suis libre d'aller chercher les noms de ceux qui auront mis là notre mère contre sa volonté propre.

Si je veux bien croire que les personnels des hôpitaux ou autres fonctionnaires et intervenants dans cette histoire ne font que leur boulot même s'ils commettent parfois des erreurs qui ne sont pas condamnables, il n'en reste pas moins que cette histoire est bien compliquée alors qu'elle aurait due être si simple.

Qu'une mamie de 90 ans soit en âge d'aller en maison de retraite et n'arrive pas à s'y décider pour une raison ou pour une autre est une chose, mais lui forcer la main comme cela a été fait sur ce coup en est une autre.

Innocents les intervenants, oui, d'accord, peut-être. Mais avaient-ils besoin de mentir ? 

Mais alors, qui sont les responsables de ces dissonances, de la tentative de destruction de cette famille et fallait-il chasser le fils pour emmener la mère dans un endroit où manifestement elle ne voulait pas aller car qui l'empêchait de le faire puisque selon certains mieux informés que les autres elle avait toute sa tête ?

Bien sûr, sans doute que le fils est une sale brute mais qui a écrit quelque chose de lisible sur le sujet ?

Non, le problème est ailleurs et tout médecin vous dira que pour guérir un malade il faut éradiquer la maladie et dans cette affaire, il apparaît des éléments obscurs pour ne pas dire occultés sans doute paraphrasés par la juge des tutelle qui nous a dit on se demande bien pourquoi...

"Je sais pourquoi notre mère ne veut plus rentrer chez elle mais je ne vous le dirai pas."

C'est donc qu'elle ne veut pas nous dire ce quelque chose qu'on nous cache depuis si longtemps et il se pourrait bien que ce soit ce "quelque chose" qu'on veut cacher qui a justifié toute cette mise en scène ou la volontaire ou pas manipulation de professionnels de la santé, de juristes, avocats, procureurs et autres par dizaines oit aidé à massacrer une famille entière qui pleure d'avoir perdu sa maman.

Bien sûr, nous sommes toujours là et, si il nous est maintenant très difficile de communiquer avec notre mère, nous sommes toujours dans sa vie mais ce n'est plus comme avant.

Ce qui est certain, c'est qu'il y a eu de la manipulation à tous les étages et que c'est un crime qui vient de se commettre devant tous par quelques personnages dont les noms de certains sont cités dans les pages de ce site. 

A vous de les trouver.

Les commentaires sont fermés.