Hôpitaux de Luchon

Embrouilles au sein des hôpitaux de Luchon 31110

La question est de savoir pourquoi elle veut aller à Era caso

Rédigé par admin - -

La question devient là où nous en sommes très intéressante d'autant plus que je l'aie eu encore ce matin au téléphone et, si elle dit toujours qu'il n'y a rien de nouveau et qu'elle ne sait  pas non plus pourquoi on la prolonge à l'hôpital, elle ne sait pas à sa sortie où elle va aller ni dans quelles conditions.

Pour elle, Era caso ou Gabriel Rouy (une autre maison de retraite médicalisée dans le même secteur et géré par le même centre) ne fait pas de différence et sait elle au moins qu'il y a une différence de soins et de fonctionnement ce que je viens d'apprendre aujourd'hui.
 
[Note] Nous apprenons après la publication de ce billet que Era Caso est gérée par la ville et non par Les HDL
 
Il semblerait donc que les hôpitaux de Luchon gèrent en solo l'admission de ma mère tout en sachant qu'elle n'est pas vraiment informée en tenant toujours la famille à l'écart ce qui me paraît impensable.
 
Mais laissons là ces petites mesquineries et demandons-nous plutôt, comme (au moins)  le service social devrait l'avoir fait, pourquoi ma maman tient tant à rejoindre l'établissement Era Caso au point que ce matin encore, elle m'a encore raccroché au nez quand j'ai évoqué cette possibilité.
 
Sauf si il y avait de graves dissensions  entre une maman et ses proches, ce qui n'est absolument pas le cas sauf preuve du contraire, une personne âgée décidant de changer ainsi de lieu de vie sait que ce n'est pas anodin et réfléchit avec sa famille cette décision. Cela ne se décide pas en cinq minutes mais doit être parfaitement étudié.
 
Nous avons donc une personne qui brusquement "décide" quelque chose qu'elle a toujours refusé, écartant ses très proches et refusant d'admettre que cette décision n'est absolument pas rationnelle.
 
Ce qui est gênant,  ce n'est pas qu'une tête de mule ait décidé sur un coup de tête aller se marier à Katmandou avec un cul de jatte fauché,  mais qu'elle persiste à ne pas écouter les conseils de son entourage surtout du corps médical qui, avec le ramdam que je lui fait depuis quelques semaines doit bien se douter qu'il se passe quelque chose.
 
Les très proches connaissent la personne mieux que quiconque et, s'ils savent qu'elle est faible et vulnérable pour ne pas dire influençable surtout dans l'état où elle est, ils ne peuvent admettre cette situation et ne peuvent conclure qu'à la folie ou la suggestion que quelqu'un ayant une emprise particulière sur celle  que nous pouvons déjà appeler une victime. Mais la victime de qui ?
 
Si l'un ou l'autre de mes lecteurs a une autre idée, je veux bien qu'il me la donne afin que je l'examine. Que ce passe-t-il donc ?
 
Essayons d'étudier notre cas.
 
Les avantages
 
- Lieu médicalisé
- Proximité des connaissance et de la famille
- Aucun autre par rapport à d'autres alternatives similaires
 
Les inconvénients
 
- Important pour la vieille dame, il n'y a pas de soleil, c'est froid et impersonnel
- 80% de la population est Alzheimer
- Rupture du lien familial que vous comprendrez en lisant ces pages 
- Solitude assurée
- Plus de protection de son fils concernant les éventuels vautours prédateurs
- Désagrégation de la famille 
- Culpabilité 
- Fin de vie plus rapide
 
Bon, nous n'allons pas tout noter mais, avant d'aller plus loin, allons nous demander comment cela se fait-il que le service social qui l'encourage ou du moins "l'aide" à franchir ce pas n'ait jamais évoqué ces éléments pourtant cruciaux avec la famille.
 
Si nous les prenons un a un, ces quelques éléments sont pourtant nature à questionnement.
 
Déjà, la décision de la vieille dame.
 
A part son fils qui semble-il fait tout pour la protéger et cherche le meilleur pour sa mère, la patiente est seule sur un lit d'hôpital entre les mains d'un service social qui non seulement n'écoute pas la famille et s'efforce de la tenir à l'écart, mais en plus se perd avec des "déficits de communication" ou des forfaitures que la famille la plus proche ressent comme de l'agression.
 
Il est tellement facile de mettre dans la bouche d'une petite vielle vulnérable des paroles dont on tordra le sens et d’œuvrer pour isoler la victime que nous n'en parlerons pas ici mais resterons taraudé par cette question: Pourquoi justement Era Caso ?
 

Samedi 24 Janvier 2015

Nous allons laisser en suspend cette page car une drôle de nouvelle vient de tomber. Une mesure de protection juridique (tutelle si nos renseignements sont exact) a été demandée demandée par l'hôpital* sans que la famille n'en soit informé  en particulier le fils très proche qui réclame cette mesure depuis toujours.

Note: * A l'heure où a été écrit ce billet  un grand flou qui n'est pas artistique règne sur l'origine de cette demande de mesure et sa qualification. Une semaine après, personne ne nous l'a confirmé et nous n'en savons toujours pas plus nous laissant dans une perspective pathogène quand à la relation parent/enfants, le fils de la patiente ayant maintenant du mal à la visiter.

On peut se demander pourquoi tant de mystères mais ce n'est pas l'importance du sujet du moment et commençons à nous demander où notre mère passera sa vieillesse.

Ce billet voulait démontrer que la vielle dame semblait non pas être "encouragée" mais  "un peu poussée" par des forces obscures à rejoindre "à sa demande" un lieu de vie dont- elle ne voulait pas et, quoi qu'en dise le fort peu complaisant "coordinnateur" du centre, semblait ne pas être psychologiquement pas vraiment libre d'opérer un tel choix.

Tiens, cela me fait réaliser d'un seul coup que le service social ne nous a jamais demandé notre avis sur ce bizarre choix mais nous l'a imposé d'où la mise en ligne de ce site pour leur montrer que nous avions des questionnements et des choses à dire.

Quelle que soit maintenant la forme juridique de la protection juridique tant attendue, la Mamie gardera sa maison et pourra la rejoindre quand elle en aura mare de côtoyer des grabataires ce qui n'aurait plus été le cas si nous l'avions laissé avec le danger de se faire piquer son usufruit et perdre son lieu de vie principal..

Qui que ce soit peut lui faire des pressions pour la mettre où ils veulent, la connaissant bien, je sais qu'elle pourra s'échapper et rentrer chez elle cette fois-ci avec sa propre volonté.

Du coup, les velléités de certains rapaces (qu'ils soient institutionnels ou faisant partie des proches), se voient couper leurs envies sous les pieds, la laisseront tranquille et l'ambiance familiale retrouvera la sérénité de naguère. Du moins à ce sujet. ;)  

Attendons maintenant la rencontre avec le juge des tutelles qui lui au moins est spécialisé dans la gestions des problèmes que nous vous avons dans ces pages évoqué. 

Merci de m'avoir avoir lu. :)

Signé : Le fils d'une personne âgée vulnérable maltraité par des gens qui ne savent pas aimer.

Les commentaires sont fermés.