Hôpitaux de Luchon

Embrouilles au sein des hôpitaux de Luchon 31110

Pourquoi l'équipe médicale ne veut-elle pas explorer ?

Rédigé par admin - -

​Quand vous aurez lu quelques pages de ce site et compris qu'une personne âgée très vulnérable ne peut pas prendre seule la brusque décision d'intégrer une maison de retraite sans avoir évalué les conséquences familiales, humaines et financières, la question suivante va être de savoir qui va l'aider.

Dans notre cas, la famille très présente est là pour faire le travail mais pour une raison encore  inconnue, le centre prend autoritairement et unilatéralement cette décision alors que la patiente n’est même pas capable d'examiner et de remplir elle-même le contrat de séjour tant c'est compliqué ces choses-là. Mais pourquoi la famille n'est-elle pas associé à cette très grave décision ?

La famille justement est contre car elle pense que la patiente n’est pas en état de remplir une telle formalité de part son état de dépendance relatif à la maltraitance (présumée) qu'elle subit et, plutôt que d'examiner la malade, l'hôpital dresse un mur et décide tout seul de disposer du corps

Quand on sait que l'hôpital et que la maison de retraire susnommée sont la même boutique, que l'assistante sociale intervient dans tous les établissement du groupe, et que le corps médical rétribué par ce même groupe renâcle à écouter les doléances de la famille voire dresse un mur entre elle et la personne concernée, les moins malins d'entre nous se demandent si il n'y aurait pas là par hasard un quelconque présumé conflit d'intérêt.

Note: La direction du CRf de Luchon nous informe d'une erreur dans ce dernier paragraphe. Lire la rectification ici.

L'hôpital ne voulant donner aucun preuve écrite que les médecins ont conclu à la bonne santé mentale de la malade lui permettant de prendre elle-même ces graves dispositions et refusant d'examiner les indices qui font penser que la patiente ne serait peut-être pas en capacité de décider, comment peut-il prendre une telle décision en sachant le tourment qu'il ajoute à sa « protégée » et au risque de rupture du lien familial qui va du coup exploser.

Car bien entendu, des dissensions sont apparue entre la mère et ses enfants  dont un des plus proches qui l'assiste au quotidien et la fratrie commence à se déchirer et cela comme par hasard à partir du moment ou l'assistante sociale aurait "proposé" (ou peut-être pas) à la patiente de rejoindre Era caso.

Hé les amis, n'y a-t-il pas quelque chose qui cloche là-dedans ?

Bien évidement, le fils a entendu quelques insinuation qui racontaient que ce serait peut être lui le coupable.

Nous ne dirons pas encore qui est celui ou celle qui a dit ça mais nous allons essayer de comprendre pourquoi les soignants de tout bord sont si frileux à dénoncer les cas de maltraitance à l'encontre des personnes âgées.

Comme c'est délicat, je continuerais cet article demain et vous saurez tout sur la question.

A suivre donc. 

Les commentaires sont fermés.