Hôpitaux de Luchon

Embrouilles au sein des hôpitaux de Luchon 31110

Qu'est ce qui se cache derrière tout ça ?

Rédigé par admin - -

Le moment est venu pour moi de faire le point sur cette histoire ne serai-ce que pour comprendre ce qu'il se passe et comment avancer.
Reformulons donc la situation dans une synthèse et gardons les idées claires mettant de coté si possible l'affectif.
 
Intervenants principaux dans cette histoire
 
- Une personne âgée particulièrement vulnérable en situation de handicap ou de dépendance dans le contexte présent
- Son fils qui veut la protéger des appétits féroces d'une descendance indélicate manœuvrant à lui sucrer le seul bien qui lui reste. L'usufruit.
- L'hôpital qui accueille va vielle dame et à un devoir de la protéger. 
 
Voici un document que je découvre ce matin qui parle des droits et des libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance.
 
Nous ne retiendront que 4 articles qui résument la démarche du fils qui veut protéger sa mère
 
4. Présence et rôle des proches 
Le maintien des relations familiales, des réseaux amicaux et sociaux est indispensable à la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance.
 
5. Patrimoine et revenus
Toute personne âgée en situation de handicap ou de dépendance doit pouvoir garder la maîtrise de son patrimoine et de ses revenus disponibles.
 
12. La recherche : une priorité et un devoir
La recherche multidisciplinaire sur le vieillissement, les maladies handicapantes liées à l’âge et les handicaps est une priorité. C’est aussi un devoir.
 
13. Exercice des droits et protection
Toute personne en situation de vulnérabilité doit voir protégés ses biens et sa personne.
 
Source: Charte des droits et des libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance.
 
Nous avons vu que le fils très proche bien placé pour savoir que sa maman est en danger imminent rencontre le service social de l'hôpital pour lancer une alerte. Cette alerte "semble" entendue au point qu'il diffère la constitution du dossier  de demande de protection juridique de sa mère en direction du Procureur de la république.

Quelques jours plus tard, inquiet  de voir sa mère insister lourdement pour rejoindre une maison de retraite de la ville alors qu'elle a toujours dit q'elle n'y mettrait jamais les pieds et les "contradictions" du service social qui semblent le mener en bateau, le fils demande à rencontrer l'équipe médicale qui manifestement n'est pas au courant de sa démarche (il s'agit de présumée maltraitance) quoi que quelque chose lui dit "qu'on" ne lui dit pas toute la vérité".
 
Le comportement du service social qui quitte la réunion en catastrophe (pour rester poli) est très étonnant et vient la certitude que la famille est tenue à l'écart. Il acte sa désapprobation par courrier.
 
Il demande à rencontrer la hiérarchie et se heurte à une fin de non recevoir et, sur son insistance, est reçu par un vague "coordinateur de soin" qui assez maladroitement confirme ses doutes et la situation est bloquée. 
 
Car ne pouvant pratiquement plus parler à sa mère qui lui semble comme "envoûtée" en tout cas absolument pas "normale"  et désorienté, il rencontre son médecin de famille qui, connaissant très bien le contexte familial,  lui annonce que sa mère aurait demandé elle même une mise sous tutelle. Incroyable mais vrai !
 
Qui "conseille" donc la vieille dame ? En tout cas, pas son médecin traitant je l’imagine, Ils en auraient parlé.
 
De ce fait, la famille se divise, la relation parent/enfants est détruite et un conflit latent avec l’hôpital se déclenche et ce dernier, plutôt que d'essayer d'aider le fils en souffrance, préfère lui envoyer la gendarmerie et le menacer de porter plainte parce qu'il a entre temps rendue publique cette affaire. Drôles de soins pour un centre de rééducation fonctionnelle. :-//
 
Maintenant, demandons nous ce qui ce cache derrière cette histoire qui a dégénéré  alors qu'il aurait été si simple de l'éviter en demandant au départ cette protection juridique car il était évident qu'il y ait un problème.
 
- Quelqu'un à protéger hors la mère évidement ?
- Pourquoi tout ce bazar pour arriver au même résultat en bien pire ?
- Quel est le rôle du service social dans cette affaire et de sa hiérarchie ?
 
Quelle force obscure tient à l'écart une partie de la famille alors qu'elle cherche à être très présente ce qui est absolument normal et surtout recommandé par la Charte des droits et des libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance que l'hôpital ne peut ignorer.
 
Bien sûr, il se pourrait bien que ce soit le fils le tourmenteur et que l'établissement cherche à protéger sa patiente (cela se dira sans doute bientôt) mais alors, pourquoi ce denier n'a-t-il pas demandé une mesure d'éloignement officielle se substituant de son propre chef au juge des tutelles qu'il a mis bien du temps à solliciter et pourquoi l'a-t-on laissé sans information alors qu'il se démène depuis des semaines pour faire valoir les droits de sa mère ?  
 
Tout cela est absurde et absolument pas clair.
 
Déjà, la situation était délicate et le service social est là justement pour débrouiller les fils des histoires compliquées et non pour en rajouter. Chercherons nous l'erreur professionnelle ?
 
Serai-ce pour la "couvrir" que subitement "on" envoie les gendarmes  sur un prétexte douteux de part le contexte de souffrance que vit cette famille, il y a-t-il de graves dysfonctionnements au sein de cette structure hospitalière publique où y a-t-il des intérêts occultes ou occultés que le fils mit à l'écart n'appréhende et n'imagine même pas ?
 
Dans cette histoire, il y a eu du mépris, des mensonges, de l'incompétence et de la violence.

De la violence entre-autres sur personnes âgée ?

Dans tous les cas, même si la patiente aime voir son séjour prolongé dans ce lieu préservé où on la pouponne (encore heureux),  personne ne nous fera croire que la mamie est sereine (cela a été dit) surtout si elle a réellement signée (nous n'en avons toujours pas la confirmation par écrit) une demande de mise sous tutelle qui obligatoirement détruit le lien familial et met la pagaille dans sa famille. Serait-elle insensée ?
 
Non dit l'hôpital, alors...
 
- Soit la patiente est particulièrement perverse
- Soit le fils est un véritable bourreau
- Soit il y a des manipulateurs qui manœuvrent  dans l'ombre cherchant à s'emparer d'une dépouille encore vivante.
 
C'est grave ce que je dis et c'est grave ce "qu'ils" sont en train de faire et ce qui est en train de se passer au sein d'un établissement hospitalier connu qui est là justement pour soigner et sauvegarder l'état physique et mental de ses patient.
 
Tant qu'il ne s'agissait que d'une histoire (de famille) où un enfant indélicat cherche à déposséder sa mère (un grand classique), nous pouvions le gérer mais maintenant, c'est toute une ville qui est concernée et il va falloir expliquer pourquoi cela se passe comme cela.

Voyez-vous, moi-même je me le demande: Que va-il se passer ?


Les commentaires sont fermés.