Hôpitaux de Luchon

Embrouilles au sein des hôpitaux de Luchon 31110

Quand la gendarmerie s'en mêle

Rédigé par admin - -

Lundi 26  janvier 2015 19 h

Nouveaux rebondissements dans l'affaire des hôpitaux de Luchon au coeur d'une tempête médiatique qui commence à intéresser de plus en plus de monde. Même la gendarmerie m'a téléphoné.

Ce après midi, je reçois un appel du directeur du centre de rééducation fonctionnelle en personne qui me dit, encore un scoop et de taille celui-là, que c'est ma maman qui aurait demandé elle même une de mesure de protection de justice ce qui voudrait dire plusieurs choses que nous allons développer dans ce billet. Nous allons voir s'il me confirme cela par écrit. ;)

Très vite, ce directeur en vient au principal du sujet et m’informe (pour une fois) que l'hôpital va porter plainte contre moi concernant l'édition de ce site. Cela y est, les premières menaces directes arrivent.

De plus, l'histoire du présumé conflit d'intérêt ne peut être puisque les établissement Era Caso (et sans doute Gabriel Rouy mais il ne l'a pas précisé) ne seraient pas gérés par les hôpitaux de Luchon.

Sur ce point, si cette information est exacte et s'il ne peut y avoir aucun conflit d'intérêt d'aucune sorte, je présente mes excuses aux Hôpitaux de Luchon avouant avoir été trompé par le fait que l'assistante sociale du CRF de Luchon Madame Doste intervient aussi au sein de ces mêmes établissement et là aurait pu être mon erreur.

Bon, nous avons discuté pendant une petite heure, tournant en rond comme sur un manège et je réclame par écrit les informations qu'il me dévoile.

Il refuse, sous prétexte de secret médical (!?!) de me confirmer si la procédure de demande de protection juridique (ou de tutelle nous n'en savons rien officiellement) a bel et bien été lancée et je lui raconte que j'ai demandé à mon avocat si il y a un moyen de les forcer à parler et au cas où, j'écrirai moi-même au Procureur pour déballer mon histoire et demander cette foutue protection juridique dont on parle tant depuis que nous nous connaissons.son établissement et moi.

Bon, on s'est dit autre choses mais comme c'est tout chaud, mon esprit est un peu embrouillé. Je vous raconterai la suite si il y a quelque chose à raconter d’intéressant pour vous..

Dans tous les cas, il faudra bien qu'il réponde à mon dernier courrier en recommandé avec accusé de réception s'il ne veut pas être accusé de ne pas vouloir informer la famille. Non, mais !

Passons à la case gendarme.

Nous étions au moins d'accord sur une chose, c'est que les menaces de plaintes à mon encontre pour cause de rendre publics les dysfonctionnements dans son service et les problèmes de communication qui semblent faire ravage dans cet hôpital ne ne faisait pas peur et je l'avisais que s'ils arrivaient à faire taire ce site, il réapparaîtrait dans non intégralité sur un autre serveur situé aux USA d'où ils est plus difficile de lui clore le bec. Là bas, ils savent ce que liberté d’expression veut dire.

D'ailleurs nous avons déjà l'URL.Copiez là pour la visiter au cas où.
https://hopitauxluchon.wordpress.com/

Quelques minutes après notre courtoise mais ferme conversation, c'est au tour des gendarmes de faire sonner mon téléphone. Ils ont fait leur boulot.

Ils ont eu la même réponse et quand j'ai précisé que le Maire de la ville (président du conseil de' surveillance) était aussi bien sûr informé, le gendarme m'a dit que ce dernier aussi porterait plainte. Heureusement que je n'ais pas diffamé Louis ferré ce qui m'aurait fait de la peine parce que je l'aime bien. 

J'ai même voté pour lui au deuxième tour des dernières municipales. ;)

Je ne savais pas encore sa fonction dans le conseil d'administration des hôpitaux de Luchon et si la maison de retraite Era Caso est bien gérée par la Mairie, j'en suis désolé car cette affaire le concerne un peu aussi même si nous ne parlons pas encore de conflits d'intérêts ce que m'insinue Mr le Directeur du CRF de Luchon.

Pour ce dernier établissement, ma maman étant en attente selon ses dires d'une place à Era Caso ou à Gabriel Rouy, c'est pour nous kif-kif et il est clair que tout le monde doit être interpellé.

D’ailleurs Le Directeur m'informe que ma mère devait visiter Era caso accompagnée de quelqu’un dont il ne cite pas le nom, en tout cas pas moi son fils le plus proche, et comme il m'a dit ça avant de m'annoncer que ma mère aurait demandé elle même la mesure de protection contre ses enfant (il ne m'a pas dit lesquels) je suis en droit de comprendre que je suis devenu Persona non grata auprès de ma maman ce qui pour moi est une terrible nouvelle. Hier encore je lui portais le journal. :(

Alors là, nous entrons dans une autre phase car il semblerait que depuis que maman est dans la chambre du centre et que j'ai évoqué pour la première fois la suspicion de maltraitance auprès de l'équipe médicale pour demander une protection juridique en sa faveur, les problèmes ont commencé et finalement cela serait moi le vilain. 

Aîe, Aïe !

Je ne sais pas où vous allez, Messieurs, mais là vous êtes sur une pente glissante et moi je vous dis que quand quand je prétends que dans cette histoire il y a quelque chose qui cloche, je ne suis pas bien loin de la vérité.

Dans tous les cas, vous semblez avoir pris d'autorité une mesure d'éloignement de la famille (ce que nous soupçonnions), sans en avoir un quelconque mandat et nous allons bien rigoler quand le juge des tutelles que vous avez semble-t-il conseillé va interroger en direct ma mère.
 
Soit elle est démente soit elle a été "conseillée". Reste à savoir par qui et pourquoi. :-//
 
Je me demande ce que Monsieur le Procureur et les gendarmes vont penser de tout ça quand nous nous rencontrerons. 
 
Cet après midi, Monsieur le Directeur, je vous ais dit que moi aussi je désirais que ça s'arrête. Mais est-ce en mon pouvoir ?
 
A suivre...

Les commentaires sont fermés.