Hôpitaux de Luchon

Embrouilles au sein des hôpitaux de Luchon 31110

Rencontre du 09/01/2015 réunion équipe médicale

Rédigé par admin - -

Provoquée à la demande du fils de la patiente, cette rencontre devait évoquer le sujet de la suspicion de maltraitance et nous allons voir ce que cela a donné.

Mail du 09 janvier 2015
 
Madame Dost,
 
Je regrette que vous ayez quitté si précipitamment  la réunion de l'équipe médicale concernant ma mère faisant montre par là-même d'un manque de tact et de sérénité voire de professionnalisme.
 
Il est maintenant évident que vous n'avez pas fais remonter dans de bonnes conditions au corps médical l'alerte de la famille puisque le Dr Shukr ne semblait pas être pas au courant, et que la décision de ne pas donner suite à la demande a été prise sans qu'aucune investigation sérieuse n'ait été menées. 
Il semble là qu'il y ait un dysfonctionnement de votre service et je vous avise qu'étant mon principal interlocuteur, je vous tiendrai pour responsable en cas de nouveaux problèmes de communication (entre-autres) liés à cette affaire.
 
Durant cette rencontre, vous proposiez devant l'équipe que ma mère ,à sa demande, rejoigne l'établissement Era Caso et qu'elle avait pris cette décision elle même rajoutant qu'elle insistait là-dessus.
 
Or, lors de ma visite à ma mère en sortant de notre réunion, cette dernière m'affirme que ce n'est pas vrai et je me demande de vous deux qui dit la vérité.
 
1/ Une de vous deux a menti
2/ Ma mère n'a plus toute sa tête ce qui infime les dires du corps médical qui à priori pense qu'elle n'a pas besoin de protection puisque ma demande a été rejetée.
3/ Je suis un idiot mais je ne crois pas que ce soit le cas.
 
Quoi que vous en disiez, ma mère est extrèmement influençable et vulnérable et je suis aussi très surpris que l'équipe médicale minimise cette vulnérabilité n'ayant pas détecté les signaux de souffrance habituellement discernés chez les  personnes âgées susceptibles d'être victimes de maltraitance. 
 
J'attire encore votre attention, et cette fois par écrit, sur le fait que plusieurs indicateurs d'alerte doivent être pris en considération.
 
Outre le risque identifié de spoliation et son évidente vulnérabilité dues à son grand âge, nous devons être très attentifs à au moins 11 de ces signaux sur une grille de 19 établie par l'observatoire départemental des maltraitances.
 
• A désormais des difficultés à accomplir seule les actes de la vie quotidienne (s’alimenter, faire sa toilette…).
• Souffre d’un handicap physique.
• Est (parfois) désorientée dans le temps et dans l’espace.
• A l’air anormalement calme, apathique.
• Chute de façon répétée et crainte de chute.
• Vit seule, est isolée socialement (malgré la présence de son fils)
• Ne quitte plus son logement.
• Paraît effrayée, méfiante.
• Souhaite ne plus être aidée par la personne qui prend soin d’elle.
• Se plaint d’être maltraitée.
• Menace de se suicider.
 
Je rajouterais que ma mère ne sait pas toujours ce qu'elle veut, qu'elle est très influençable, manipulatrice (elle "joue" consciemment ou non entre les uns et les autres), et est parfaitement capable de jouer la comédie et de décider d'aller "au plus offrant" alors qu'elle n'a pas je le pense la capacité de savoir ce qui est le mieux pour elle dans le temps.
 
En outre, même si elle minimise ce fait (dénie), elle est terrorisé par mes deux sœurs en particulier notre aînée qui a une ascendance néfaste sur elle d'autant plus qu'elle a des intérêts financier.
Cette situation est insoutenable, et, si nous avons pu la gérer jusqu'à aujourd'hui, l'état de dépendance de ma mère la fragilise encore plus et nous ne pouvons pas la laisser seule dans ces conditions. Elle doit être protégée.
 
Je vous prie de communiquer ces éléments au spécialiste gérontologique et à l'équipe médicale qui devraient évaluer ma maman pour réactualiser la dernière évaluation de novembre 2014 devenue obsolète de part son nouveau statut de dépendance et du subit déclin de son état tant physique que psychologique.
 
Il est très regrettable Madame Dost que j'ai du insister ainsi pour me faire entendre et surtout que vous n'ayez tenu aucun compte de mes avertissements avec ce manque d’empathie de votre part tant pour la malade que pour la famille.
 
Le chef du service me contactera pour me donner les résultats de cette évaluation et je saisirai la direction du centre rhumatologie  de Luchon  afin d'avoir un accès au dossier médical et examiner de très prés les conclusions de vos collègues.
 
Nous verrons alors quelles décisions prendre pour la protection de la patiente que vous êtes sensée accompagner.
 
En ce qui nous concerne, la relation de confiance entre nous ayant été quelque peu écornée, je verrai quelle suites donner à cette affaire et vous informe que je commence dés maintenant à constituer un dossier.
 
Ce document  en sera le deuxième élément. :-//
 
En souhaitant que nos relations se normalisent, cordialement si possible,

Les commentaires sont fermés.